QU'EST-CE QU'UN HADITH

 

Premièrement, parlons des hadiths:

 

  • Qu'est-ce qu'un hadith ?
  • D'où provient-il ?
  • Comment est-il transmis ?
  • Que dit le Quran à son sujet ?

 

Le hadith est une compilation des supposés faits et gestes du prophète rapportés par des gens qui ne l'ont jamais rencontré, le premier à avoir eu l'idée de faire un hadith est Bukhari, voici sa biographie:

Son nom complet est Abou ‘Abdillah Mouhammad ibn Isma'il ibn Ibrahim ibn al Moughira ibn Bardizbah al Ja'fi al Boukhari. Bardizbah signifie en persan : le cultivateur.


Il était d'origine persane et suivait la religion de son peuple quant au nom al Ja'fi il provient d'un clan arabe.

Al Moughira, deuxième grand père d'al Boukhari, s'est donné ce nom à titre de loyauté envers al Yamane al Ja'fi par la cause de qui il embrassa l'Islam, par la volonté de Dieu. Il est né le vendredi 13 du mois de Chawwal en l'an 194 de l'hégire dans la ville de Boukhara en Asie centrale.

...Ses Qualités...

Mouhammad ibn Abi Hatim raconte de lui : « J'allais chez Aldakhiri et d'autres, et un jour parmi ce qu'il lisait aux gens, il dit : Soufiane rapporte de abi Zoubair qui rapporte de Ibrahim alors je dis : Certes, abou Zoubair ne rapporte pas d'après Ibrahim, et il me repoussa, alors je lui dis retourne au livre d'origine si tu l'as, il alla voir puis revint et dit : Comment est-ce déjà ? alors je lui dis : C'est Zoubair ibn Adi d'après Ibrahim, puis il prit sa plume et corrigea son livre et il dit: Tu as dis vrai ! ».

Il jouissait d'une mémoire remarquable de telle sorte qu'il pouvait se rappeler de ce qu'il voulait à tout moment. Hachid ibn Isma'il raconte : « Al Boukhari fréquentait avec nous les savants de Bassora alors qu'il était encore impubère. Il n'avait pas l'habitude de noter ce qu'il écoutait et quand 16 jours ont passés sans qu'il ne change d'habitude, on lui fit des reproches à cet égard. Mais sa réponse fut : « Vous m'avez trop blâmé, montrez moi ce que vous avez écrit ! Nous avons montré à al Boukhari nos notes qui ont dépassé 15000 Hadiths, puis il les a tous récités par cœur, de sorte que nous avons corrigé nos notes d'après sa récitation ».

...Ses voyages...

Il entreprit de nombreux voyages afin de répertorier les Hadiths. Avant lui les savants se contentaient des Hadiths qu'il y avait dans leurs villes et régions mais lui fut l'un des premiers à rechercher la science dans toutes les contrés. Il raconte : « Je me suis rendu deux fois en Syrie, en Egypte, en Arabie et quatre fois à Bassora. J'ai vécu six ans au Hidjaz, quant aux villes de Kouffa et Baghdad, je les ai visitées à maintes reprises en compagnie des connaisseurs de Hadiths ».

...Sa quête dans la science du Hadith...

Concernant la science du Hadith, il était le mieux renseigné sur les chaînes de transmission d'un même Hadith et les nuances possibles entre elles. Il a dit : « Je ne note aucun Hadith rapporté par un compagnon, ni l'un de leur suivant, à moins que je n'ai une connaissance précise de leur date de naissance et de mort, ainsi que les lieux où ils ont vécus ». Et il dit : « Je n'ai écrit que d'après celui qui dit que la foi comprend les paroles et les actes ». Il dit aussi : « J'ai appris plus de 100 000 Hadiths valides et 200 000 non valides ». Il critiquait les transmetteurs avec beaucoup de précautions craignant de tomber dans la médisance, ce qui met en relief sa prudence et sa piété.

...Son œuvre : Sahih al Boukhari...

Il a grandement marqué la science du Hadith défectueux et sa connaissance approfondie a eu pour manifestation le Sahih d'al Boukhari. Il a mit 16 ans pour l'assembler et c'est le plus grand et authentique livre rassemblé. Il n'y mettait pas un Hadith avant d'avoir ses grandes ablutions et de faire la prière de consultation . Il dit : « j'ai sorti ce livre de près de 600 000 Hadiths ». Son livre contient plus de 7 000 Hadiths avec les répétitions. Il est le premier à avoir compilé un livre avec des Hadiths authentiques exclusivement. Nombreux sont ceux qui ont commenté ce livre (plus de 80) mais le meilleur commentaire reste celui de al Hafid Ahmad ibn ‘Ali ibn Hajar al 'Asqalani abou al Fadhl (mort en 852 de l'hégire /1449) qui mit 25 ans pour terminer son œuvre (de 817 à 842). Et lorsque l'on demanda au savant ach Chawkani de faire un commentaire de Sahih al Boukhari il dit : « Il n'y a pas d'émigration après la conquête (al Fath) ».]

Que peut-on dire de Bukhari en quelques mots? Ce qui me frappe c'est qu'il soit né presque 200 ans après la mort du prophète en asie centrale. Qu'il est connu comme un homme ayant une mémoire hors norme, qu'il aurait retenu des centaines de milliers de hadiths par coeur et qu'il n'aurait repris que les hadiths venant de personnes qu'il aurait considéré comme "pures".Maintenant, parlons d'une autre personne très connu "Muslim":

[Son nom : Abou al Hussayn Mouslim ibn al Hajjàj ibn Mouslim ibn Ward an Naysàbùri était originaire d'une tribu arabe d'où est tiré son nom de famille : Al Quchayri. Quant à An Naysàbùri c'est un dérivé du nom de son pays de séjour, le Nichapour, une grande cité du Khorassan. Sa date de naissance, incertaine, se situe autour de 204 ou 206 de l'hégire.

...Sa quête de la science

Il avait placé la science du Hadith en tête de ses préoccupations, qui consiste à connaître les contextes du Hadith, ses chaînes de transmetteurs, ses énoncés.... dans le but de les préserver et d'en distinguer l'authentique du faible.
Son recueil SAHIH MOUSLIM est considéré par l'ensemble de la nation musulmane comme étant la seconde source dans l'autorité sunnite après SAHIH AL BOUKHARI. L'élaboration de cette oeuvre dura 15 années pendant lesquels l'Imam Mouslim ne cessa de la remanier et de la corriger. Il dira à son propos: "J'ai exposé ce répertoire de 300 000 traditions entendues".

Et il ajoutera: "Je n'ai rien inséré à ce recueil sans argument et je n'ai rien exclu sans argument".
Il connaissait les noms, les surnoms, les noms de famille, la généalogie, l'histoire et les décès des transmetteurs du Hadith, comme un vérificateur perspicace. Il les critiquait ou les louait afin de distinguer les dignes de confiance des médiocres. Il est aussi compté parmi les pionniers de la science du Hadith défectueux qui est la science la plus subtile et la plus ardue. Il était digne de confiance et réputé pour sa grande mémoire. Il cita le nom de ses professeurs dans ses ouvrages. Ad Dhahabi en a compté 220, mais en réalité la liste est beaucoup plus longue.
Il a suivi les enseignements de l'imam al Boukhari qu'il accompagnait partout pendant une longue période. Ad Daraqutni raconte: "Sans al Boukhari, Mouslim n'aurait rien pu".

Malgré cela, il critiquait indirectement la méthode de travail de ses professeurs: al Bukhari et al Madini, ce pour quoi il reçu de nombreux reproches de la part des savants. C'est probablement pour cela qu'il ne rapporta pas d'après al Madini. Il ne rapporta pas non plus selon al Boukhari et Ad Dhuhli par souci de rester neutre dans l'affaire qui opposait ces deux professeurs : Mouhammad ibn Yahyia Ad Dhuhli prétendait que al Boukhari disait que le Coran était une création. Al Boukhari, innocent de toute accusation, disait plutôt que le Coran était la parole d'Allah, le Très Haut, non créée. Pourtant, Ad Dhuhli avait interdit à ses élèves de fréquenter al Boukhari, jusqu'à ce que celui-ci quitta le Nichapour. Au cours de ce calvaire, tout le monde rompait les liens avec al Boukhari, à l'exception de Mouslim qui faisait cause commune avec lui. Lors d'une séance d'enseignement ad Dhuhli fit une remarque au sujet de al Boukhari, Mouslim se leva et s'en alla, après quoi, Mouslim rassembla tou t ce qu'il avait écrit d'après lui et le renvoya à son domicile. Il s'occupa de diffuser son savoir à travers le monde par sa langue et par sa plume. Il fut d'ailleurs l'un des premiers à conserver en livre les traditions, ce qui était à l'époque assez rare. Parmi ses oeuvres, il y en a qui ont été conservées, d'autres ont été égarées. Mais la majeure partie traitait du domaine du Hadith.]

Qu'avons-nous retenu de "Muslim", il est né en Arabie contrairement à Bukhari mais malheureusement plus tard (204 à 206 ans après l'hegire), il a en fait repris le travail de Bukhari et ses enseignements (pas toujours d'accord avec lui) et il serait le premier à avoir conservé en livre les traditions, tous les hadiths n'auraient pas été conservés, malgré l'importance qu'auraient les hadiths, tous n'ont pas été repris? Nous verrons ça plus tard inchAllah, revenons aux hadiths.

Il se peut qu'il y ait des hadiths vrais dans le sens où dans ce que l'on rapporte il y a forcément quelque chose qui est vrai et qui n'a pas vraiment été déformé, comment les reconnaitre? c'est une autre question, certains vont dire par chaîne de transmission? je n'y crois pas sincèrement parce que toute notre croyance ne repose que sur un fil, il faut pour y croire:

-faire confiance aux hommes qui ont rapporté les faits et gestes du prophète Mohamed
-faire confiance aux personnes qui ont témoigné
-faire confiance aux personnes qui se sont chargé de la transmission de ces hadiths.

A savoir qu'on est tous d'accord pour dire qu'il y a des choses fausses dedans, qu'on classe les hadiths d'après un certain degré de fiabilité, degré de fiabilité imposé par des personnes en qui nous devons aussi avoir confiance.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site